30/11/2006

Toujours utile

de conserver cet article de Pierre Morel dans la DH du 29 novembre 2006, et je vous invite, si ce n'est déjà fait, à lire le reste du blog car il est, on ne peut plus, en rapport direct avec cet article :

 

L'ancien charbonnage de Cheratte est confirmé dans une liste de sites prioritaires

VISÉ Le 10 novembre dernier, le gouvernement wallon a mis à jour sa liste de Sites prioritaires de Réhabilitation Paysagère et Environnementale (SRPE). Forte de plus de 100 sites au départ, cette liste est désormais réduite à 77 anciens sites industriels dont la Région, via des opérateurs locaux, assurera la réhabilitation.

Parmi ceux-ci, le site de l'ancien charbonnage du Hasard à Cheratte. Dans les prochains mois, il devrait, comme les autres sites, faire l'objet d'un arrêté de subsidiation pour un montant qui n'est pas encore précisément fixé, mais a été estimé à quelque 3,7 millions d'€.

Un projet global à Cheratte

Une somme qui doit permettre à la Sorasi et la Spi + de racheter le site, procéder à certaines démolitions, et réhabiliter les autres bâtiments, actuellement en très mauvais état et sous eau. Le bâtiment principal est classé, tandis que la lampisterie et, peut-être, la grande tour, devraient être conservées. Il n'y a pas d'échéancier précis à l'heure actuelle : le Hasard ne fait pas partie de la première vague, budgétée en 2006. Mais la révision de la liste prouve la volonté de la Région de ne pas traîner dans ces dossiers.

Le site de l'ancien charbonnage, fermé en 1977, est stratégique en ce qu'il se trouve au coeur d'un projet beaucoup plus vaste de rénovation complète de Cheratte-bas. La société immobilière hollandaise Servatius, très active dans la région liégeoise, a ainsi il y a quelques mois remis au collège échevinal visétois une étude de faisabilité en ce sens.

Mais avant d'envisager de lourds investissements à Cheratte, peut-être via un partenariat public privé, Servatius demandait que les pouvoirs publics s'impliquent dans la réhabilitation du site du charbonnage, difficile à transformer en logements et moins directement rentable puisque classé. Servatius proposait qu'une fonction publique y soit envisagée.

Les nouvelles en provenance du gouvernement wallon pourraient donc faire avancer ce dossier.

Pierre Morel

L'ancien charbonnage du Hasard à Cheratte devrait un jour trouver enfin une deuxième vie : le site fait partie de la liste de ceux qui seront assainis grâce à des fonds wallons. (DEVOGHEL)


22:35 Écrit par Jacques Chevalier, rue de Vis dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |